Trois annonces Alagna. Un disque : « Caruso 1873 », un opéra : « Don Carlo » à Paris et un grand spectacle opératique : « Carmen » au Stade de France

Dans un mois jour pour jour, le 8 novembre 2019, paraît chez Sony un album de Roberto Alagna : Caruso 1873.

Face à face intemporel, la photo ci-dessus n’est pas la couverture du disque.
À gauche, Alagna, à droite Caruso.

À dix ans près, Alagna, qui est de 1963, aurait eu un siècle d’écart avec Caruso. Dans son premier livre, Je ne suis pas le fruit du hasard, il a raconté sa rencontre avec le ténor mythique grâce à un film passé à la télévision quand il était petit : Le Grand Caruso, interprété par Mario Lanza.
Aujourd’hui, il annonce qu’il y aura des surprises dans le disque dont les titres ne sont pas connus.
Sans être dans le secret des dieux, on peut imaginer y retrouver un ou plusieurs des airs que chantait Lanza à la suite de Caruso – et on aura peut-être ainsi, grâce à Roberto Alagna, non seulement deux mais peut-être trois ténors de légende réunis à travers le temps.

Mario Lanza, dont le film a créé le lien entre Roberto petit garçon et Caruso. Image extraite du Grand Caruso : Lanza chante l’Ave Maria.

En attendant la sortie du 8 novembre, on peut revoir Le grand Caruso et écouter une chanson extraite du DVD. On la trouve sur YouTube, ce n’est pas de l’Opéra, mais beau à pleurer tout de même. Voici le lien, écoutez : https://youtu.be/5fvRuQM9xS8

En attendant le 19 septembre 2020 et Carmen chanté au Stade France configuré pour 60.000 spectateurs, le 8 novembre 2019, cette année donc dans un mois, le jour de la sortie du disque, Roberto Alagna sera en train de chanter don Carlo à l’Opéra de Paris entouré de partenaires prestigieux : Aleksandra Kurzak, Anita Rachvelishvili, Étienne Dupuis et René Pape.

Représentations de Don Carlo à L’Opéra de Paris, les 28 et 31 octobre et les 4 , 7, 11, 14, 20 et 23 novembre.

Mais déjà, maintenant, près d’un an en avance, en octobre 2019, dans le métro vous pouvez vous trouver nez-à-nez avec l’affiche de Carmen. Au métro Madeleine, comme par un fait exprès, les sièges de plastique moulé sont aussi rouge que la robe de Carmen qui danse sur l’affiche et que sur les caractère du titre : photo ci-dessous.

Métro Madeleine, l’affiche de Carmen au Stade de France.


© Jacqueline Dauxois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *