Nadine Sierra au Théâtre des Champs-Elysées

Le 12 janvier 2019, Nadine Sierra, soprano américaine, née d’un père portugais et d’une mère italo-portugaise, donne un concert (les Grandes voix) au Théâtre des Champs-Elysées. Si elle se produit sur les grandes scènes du monde, on ne l’a pas encore entendue en France dans Lucia di Lamermoor, mais en 2017, à l’Opéra de Paris et à Orange, elle a été une exceptionnelle Gilda.

Elle entre en scène ce soir-là, plus radieuse qu’à La Fenice où elle a chanté le concert de fin d’année. Elle porte un seul bijou, de superbes boucles d’oreilles. Ses cheveux bruns attachés en chignon libèrent la ligne du cou. Une robe d’or surligne une silhouette au décolleté voluptueux, aux bras délicats et aux mains fines.


Sa voix de moire et de velours parcourt toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, s’élance avec tant de facilité dans les passages les plus difficiles qu’on se demande quand elle respire ; on ne la voit que chanter, tenir les notes, les lancer, les projeter, les suspendre et, comme dans Chagall, elle vole et s’envole avec la musique, toute entière investie sans que jamais grimace ne déforme ses traits. 

Son jeu de tragédienne duplique son chant ; même quand elle ne chante pas, en attendant le début de son air, elle habite son personnage et le fait vivre avec une intelligence et une sensibilité qui ne laissent pas une seconde à l’ennui tant qu’elle est sur scène et que le temps passe trop vite.

Son premier air, le « Je veux vivre » de Juliette, s’achève dans un tourbillon étourdissant.

Dans celui de la folie de Lucia, avec lequel elle termine son programme, loin de faire entendre un exercice de vocalises de haute voltige qui pourrait s’achever un peu plus tôt un peu plus tard sans que le public en éprouve de désagrément, elle révèle, avec une vérité et passion qui la rendent passionnante, les ravages de la démence qui brise le cœur de Lucia.


Avec sa sensualité et son charme latins, avec une sincérité venue du fond de l’être, elle emporte son public du bonheur à la tragédie, de la tendresse à l’humour, créant d’emblée une relation d’amour avec la salle qui a fait une ovation debout à une jeune chanteuse éblouissante qui a les qualités auxquelles se reconnaissent les plus grands.




© texte et photos Jacqueline Dauxois


Au programme (ci-dessous), Nadine Sierra a jouté un bis : « O, mio babbino caro ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *