« Samson et Violetta », Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak, un épisode de leur vie d’artistes

En septembre 2018, pendant un mois au Metropolitan Opera de New York, Roberto Alagna répète son troisième Samson depuis sa prise de rôle, cinq mois auparavant (1).

Photos ci-dessous : Au début de l’histoire de Samson et de celle de Violetta, chacun d’eux connaît l’amour. Celui de Samson interfère avec l’amour divin qui le trouble… alors que Violetta, incarnée par une Aleksandra qui paraît sortir d’un tableau, croit qu’elle peut vivre jusqu’au bout sa passion pour celui qu’elle aime, Alfredo. Mais, pendant qu’Aleksandra chante avec un Alfredo aimé de Violetta, le vrai Alfredo d’Aleksandra, évidemment c’est Roberto, donc Samson. De quoi faire tourner la tête.

 

Pendant que Roberto incarne Samson, Aleksandra  répète à l’Opéra de Paris Bastille un rôle dans lequel elle n’a plus à faire ses preuves, Violetta de La Traviata (2).

 

Ils travaillent donc tous les deux en même temps. Ce serait bien pour eux, sauf que… un Océan entre eux. Et leur petite Malèna, qu’on ne peut pas couper en deux, manque constamment à l’un d’eux, même si skipe leur permet de se voir et de s’embrasser de loin pour un bonsoir.

 

Photos ci-dessous : Samson et Violetta, chacun de son côté, incarne l’amour, la volupté en ses déchirements, sans lesquels l’amour n’ a pas grand chose à dire sur une scène.


 

 

 

 

 

Le 20 septembre Roberto Alagna chante la générale de Samson, le 24 la Première, retransmise en direct à Times square et ensuite dans les cinémas partenaires du MET à travers le monde. Le lendemain après une nuit dans l’avion passée à trier les photos de Samson, c’est la générale de La Traviata. Trois jours plus tard, le samedi 2 octobre, Aleksandra Kurzak à son tour sera  la vedette de l’Opening Night, à Paris. Ce sera le lendemain de la deuxième représentation de Samson à New York, de sorte que, si Roberto ne peut pas venir rejoindre Aleksandra (parce qu’Alagna a encore six représentations publiques à assurer ), – Aleksandra, qui chante toutes les représentations de la Traviata jusqu’au 26 octobre, ne peut pas bouger elle non plus. Impossible donc pour eux de se rejoindre.
Mais il est Roberto.
Et il est Alagna.

 

Photos ci-dessous : Violetta et Samson, meurent sur scène. La Dame aux Camélias, emportée par le mal qui rongeait son époque, mais dans les bras de son amant revenu auprès d’elle. Samson, trahi par sa maîtresse, les cheveux coupés, les yeux crevés par les Philistins dans le triomphe d’une mort/résurrection qu’il a demandée à son Dieu.
Violetta, la mort romantique par excellence.
Samson, une mort épique sans équivalent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À Madrid, en décembre 2014, pendant les concerts Roméo et Juliette avec Sonya Youcheva, Roberto Alagna était partagé entre son désir de ralentir pour se reposer un peu, lui qui ne s’est jamais reposé, et celui de chanter avec Aleksandra pour laisser à Malèna un Roméo et Juliette avec ses parents. Le Roméo et Juliette ne s’est pas fait. Alors, il vient à Paris et, le 26 octobre, ayant achevé la série des Samson et Dalila au Metropolitan, il sera l’Alfredo d’Aleksandra Kurzak.
Lui, qui va retrouver l’Alfredo de sa première jeunesse, le rôle qui l’a lancé à Glyndebourne, avec lequel il a rayonné sur toutes les cènes du monde, fait ce cadeau à sa femme et à sa fille.
Et à son public.

 

Photos ci-dessous : les saluts, le soir des deux générales. Des deux côtés de l’Océan, le public fait à Roberto Alagna et à Aleksandra Kurzak un triomphe. En attendant les ovations du 26 qui vont monter en même temps vers tous les deux.

Notes:

( 1) À l’Opéra de Vienne, prise de rôle le 12 mai 2018 ; à Paris au TCE deux concerts les 12 et 15 juin ; au Metropolitan Opera, générale le 20 septembre 2018,  suivie de huit représentations. La Première, l’Opening Night, le 24 septembre 2018.

(2) La Traviata, Générale, le 26 septembre 2018, Première, Opening Night, le 29 septembre 2018.

Toutes les photos ont été prises pendant les deux générales, le 20 septembre au MET et le 26  à l’Opéra de Paris.

© texte et photos Jacqueline Dauxois

 

 

 

 

Une réflexion sur “« Samson et Violetta », Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak, un épisode de leur vie d’artistes

  1. Vous ne nous décevez pas (encore une fois )Mme Dauxois : photos superbes et cette mise en parallèle des « rôles » qu’interprètent en ce moment Roberto et Aleksandra .J’attends avec impatience le 26 octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *