Entretien avec Roberto Alagna dans Cav/Pag au Metropolitan de New York – chapitre 2

Leitmotiv de la vie d’artiste

Après la répétition générale, dépouillé du costume de Canio, qui va être installé sur le portant tout à l’heure, emmené au nettoyage et ramené pour la Première, trois soirs plus tard, il se démaquille. D’abord, avec les petits mouchoirs en papier, l’air d’un enfant, pour finir penché au-dessus du lavabo, s’inondant de mousse et d’eau, l’air de ce guépard qu’il révélait dans Otello et qu’on peut surprendre, fulgurant, sur son Canio.

Lire la suite

ROBERTO ALAGNA dans Paillasse, au Metropolitan Opera – chapitre 3 – duo avec ALEKSANDRA KURZAK

 

 

Vérisme et prophétie d’amour

 

Fers de lances de l’opéra vériste, Cavalleria rusticana et Pagliacci, ont brisé avec l’opéra bourgeois qui avait lui-même rompu avec une tradition royale. On ne voulait plus voir des dieux, des rois et des héros sur scène ; on en avait assez des couples fous d’amour et même des courtisanes qui rendaient l’âme dans les bras de leurs amants éperdu. Restait à trouver des sujets chez « l’homme de la rue », les « gens ordinaires », les pauvres, le folklore de la Lire la suite

ROBERTO ALAGNA ElĪNA GARANČA Première de SAMSON et DALILA, VIENNE, le 12 mai 2018

 

 

Une première au Paradis

 

 

Premier acte

 

 

Il y a un paradis à l’Opéra de Vienne, derrière les fauteuils d’orchestre. On entre par le fond. Un escalier central dessert les rangées où on va se serrer debout. Les nouveaux découvrent le rituel des foulards ; entortillés le long des rampes où on va s’accouder, ils signalent que les places qui semblaient libres sont prises, donc, elles le sont toutes lorsque vous arrivez, reste le dernier rang déjà très encombré, sans espoir de rien voir. Lire la suite

Roberto Alagna et Elīna Garanča dans Samson et Dalila à l’Opéra de Vienne et au Metropolitan de New York

Samson et Dalila
de Vienne, mai 2018,
à New York, septembre/octobre 2018

Photos ci-dessus : montages pour le Samson de Vienne et pour celui du Met.

Les chanteurs

Il n’existe qu’un point commun entre les deux mises en scène de Samson et Dalila données à cinq mois d’intervalle à l’Opéra de Vienne (mise en scène : Aleksandra Liedtke, chef d’orchestre : Marco Armiliati) et au Metropolitan Opera de New York (mise en scène : Darko Tresnjak, chef d’orchestre : sir Mark Elder) dans deux nouvelles productions. Chacune va au bout de son projet dans des directions si radicalement opposées qu’on se demande par quel miracle (on connaît ce miracle : dons innés et travail d’arrache-pied), dans les deux cas, Roberto Alagna et Elīna Garanča sont à ce point lui Samson, elle Dalila et quelle osmose les lie sur scène l’un à l’autre pour donner de cette histoire, l’une des plus extraordinaires pour ne pas dire extravagantes que l’Ancien Testament nous ait léguées, une lecture allant de soi. Lire la suite

Un entretien de Roberto Alagna au Corriere della Sera, traduction de Jacqueline Dauxois

À bâtons rompus

La veille de la générale de Samson et Dalila, le 19 septembre 2018, Roberto Alagna, de sa loge du Metropolitan Opera de New York, donne au Corriere delle Sera un entretien téléphoné dans lequel il aborde plusieurs sujets de sa vie personnelle et publique.
Plusieurs sites ont mis en ligne la bande audio dont voici la traduction.
Les titres ont été ajoutés et des coupures faites en accord avec Roberto Alagna.

Lire la suite