Pavarotti, le géant

Les retransmissionsCovid du Metropolitan

La bouche immense où s’engloutit son visage, caverne d’Ali Baba qui enferme les trésors de sons extraordinaires, d’une force ahurissante, d’une douceur suffocante, d’une puissance inouïe, portés par un souffle inépuisable où s’engouffrent les vents du génie vocal.

Pavarotti, Il Trovatore, 1988.

2 réflexions sur “Pavarotti, le géant

  1. I have been exploring for a little for any high quality articles or blog posts in this kind of area . Exploring in Yahoo I finally stumbled upon this web site. Studying this information So i am satisfied to express that I have a very excellent uncanny feeling I came upon just what I needed. I most for sure will make certain to don’t overlook this web site and give it a look regularly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *