En différé de New York et Paris deux « Carmen » légendaires de Roberto Alagna

Paris, 2017.

DANS LE MONDE CONFINÉ, LA MUSIQUE LIBÉRÉE


À la suite de la Corée du Sud, qui avait refusé le confinement, l’Angleterre et les Pays-Bas le refusent à leur tour tandis qu’en France les mesures se durcissent.
Hier, dimanche 23 mars 2021, sur la Côte, où on a instauré un couvre-feu, un drone surveille la Promenade des Anglais, tandis qu’à Montmartre des policiers à cheval arpentent le marché de la rue des Abbesses. Nous sommes les habitants de villes mortes plongées dans le silence.
Mais le soir, dans le XIème, où vécut Georges Thill, un ténor ouvre ses fenêtres et chante pour ses voisins et des orchestres utilisent le système des vidéos conférences pour continuer de jouer.



Dans les pays, confinés ou pas, les Opéras fermés, après le Met et l’Opéra de Paris, annoncent les uns après les autres des programmes de rediffusion gratuits. Il y a une heure, le Royal Opera House et l’Opéra comique donnaient leurs leurs titres, les autres suivront et jamais on n’a eu autant de spectacles gratuits à disposition, c’est la grande libération de la musique, rien à payer, pas d’inscription, de codes à entrer, un clic et c’est gagné !

Si le streaming est du bonheur en conserve, comme pour plusieurs mois on n’aura plus de direct, on l’accueille avec reconnaissance. Le son à fond, on ouvre les fenêtres et le monde a l’air vivant ! Nietzsche a dit : « Nous avons l’art et rien que l’art pour ne pas mourir de la vérité ».
La Russie participe à ce grand mouvement de la musique en liberté, le Conservatoire de Moscou donne un concert tous les soirs à 19 h, depuis le 19 mars (l).

DEUX CARMEN LÉGENDAIRES

De New York à Paris, deux Carmen légendaires de Roberto Alagna inaugurent et clôturent, dans une magistrale parenthèse, ces deux premières semaines de rediffusion gratuite.

Ci-dessus, annonce de rediffusions gratuites sur le site du Metropolitan avec l’affiche de Carmen.

Lundi 16 mars 2020, le Metropolitan a démarré sa série avec Roberto Alagna et Elīna Garanča époustouflants dans la mise en scène classique de Richard Eyre, spectacle enregistré le 16 janvier 2010.
Les retransmissions commencent à 7.30 pm. et sont disponible pendant 20 heures (2).

New York, 2010.

Du 27 mars au 3 mai, l’Opéra de Paris achève ses retransmissions avec Carmen, 2017, dans la mise en scène de Calixto Bieito. Mais quelle Carmen ? Même si on n’envisage pas d’entendre un autre que lui, il a eu différentes partenaires.
Le 16 juillet, pour un seul soir, c’était Elīna Garanča.
Pour les autres représentations, Clémentine Margaine était Carmen – et Aleksandra Kurzak, Michaëla (3).

L’une classique, l’autre brutale, ces deux mises en scène vous empoignent.

Mais sans Roberto Alagna et l’incandescente zingara brune ou blondequi atteignait l’idéal avec lui, ces spectacles n’atteindraient pas la perfection qui les a fait entrer dans la légende.

Paris, 2017.

© Jacqueline Dauxois

P.S. Ce soir, c’est la victoire d’Antigone. L’interdiction d’assister aux obsèques d’un proche a été levée : 20 personnes ont le droit d’y assister.

NOTES :
(1) Le site est en français : https://francais.rt.com/international/72875-conservatoire-moscou-lance-serie-concert-musique-en-ligne.
(2) metopera.org/operastreams.
(3) operadeparis.fr.

ANNEXES :

Ci-dessous : programme de rediffusion gratuit du Metropolitan à partir du 16 mars, première semaine.

Ci-dessous : deuxième semaine.

Ci-dessous les rediffusion à l’Opéra de Paris :

Une réflexion sur “En différé de New York et Paris deux « Carmen » légendaires de Roberto Alagna

  1. Comment oublier la Carmen de NY avec la divine Garanca… En plus, NY avait revêtu
    son manteau blanc à ce moment-là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *